Interview de Patrick Smets, porte-parole du Parti Libertarien.

Interview de Patrick Smets, porte-parole du Parti Libertarien.

Le site Nouvelles de France vient de publier l’interview que Patrick Smets a récemment accordée au journaliste Georges Gonzague.

En voici quelques extraits :

«Un parti libertarien en Europe, est-ce que ce n’est pas peine perdue quand on connaît l’attachement des Européens, notamment des Belges et des Français à l’État providence ?

(…) Mais la question n’est pas de savoir si nous sommes attachés ou pas à l’État providence, l’État providence est mort ! Dans notre communication, nous allons bien insister sur ce point : l’État providence, c’est fini. Regardez aujourd’hui la Grèce, l’Espagne et l’Italie ! Demain, ce sera au tour de la Belgique, de la France et de l’Allemagne. Évidemment, les hommes politiques ne communiquent pas autour de la mort de l’État providence. Disons que nous n’avons pas encore imprimé le faire-part de décès mais que l’acte a été dressé. »

« Qu’appelez-vous un libéralisme radical en matière de moeurs ?

Nous sommes pour le droit de chacun d’expérimenter ce qu’il veut dans sa propre vie, d’être catholique traditionaliste ou drogué alternatif. Nous nous opposons au système actuel qui force les individus à respecter une norme médiane. Celle-ci met, par exemple, en danger le droit de personnes conservatrices à vivre comme elles le souhaitent. Pour un libertarien, les déviances ne posent pas de problème. Le libertarien considère même qu’il est bon pour une société de respecter les groupes déviants qui la composent afin de les laisser la fertiliser. Le libertarien est ouvert à l’expérience.»

«Que répondez-vous à ceux qui assimilent le libertarianisme au laxisme ?

(…) Nous sommes laxistes par rapport à des politiques répressives illégitimes. Si le laxisme, c’est le retrait de l’État, alors nous sommes des fainéants, des grévistes, même ! Aujourd’hui, la Belgique et la France meurent de trop de lois, de trop de fonctionnaires, de trop d’État. C’est le contraire du laxisme !»

«Si vous arriviez au pouvoir, quelles seraient vos premières mesures ?

(….) Notre première action serait l’annulation de la dette publique. En effet, nous autres libertariens considérons ne pas être tenus par cette dette qui est la conséquence de la politique désastreuse des socialistes de tous bords. Nous n’allons quand même pas demander aux contribuables de payer des décisions stupides ! Est-ce que vous vous rendez-compte que rembourser cette dette, cela signifie de l’austérité – 30 milliards par an, 10% de notre PIB – pendant… 20 ans ? C’est impossible et cela interdit toute réforme fiscale.»

Lire l’interview complète

Partie 1 : «Nous sommes pour le droit de chacun d’expérimenter ce qu’il veut dans sa vie, d’être catholique traditionnaliste ou drogué alternatif. »

Partie 2 «Si nous arrivons au pouvoir, nous annulerons la dette publique»

Ce poste a été rédigé par
Président du Parti Libertarien.

7 commentaires on "Interview de Patrick Smets, porte-parole du Parti Libertarien."

  • Fred dit

    Intéressant comme courant de pensée. Mais cela me semble un peu trop extrémiste (ou idéologique selon) pour que cela puisse réellement fonctionner.
    Une question : l’auteur du poste et futur président du parti vit de quoi concrètement ? car cela n’est pas clair dans la bio.

    • Patrick Smets dit

      Je ne vois pas trop l’intérêt de la question mais je suis à la recherche d’un emploi. Voilà pourquoi ce n’est pas clair.

      • Fred dit

        Pour savoir si vous êtes cohérent entre vos actes et votre discours : j’espère que vous ne bénéficiez d’aucune aide de l’état d’aucune sorte de part votre condition de chômeur.

        • Patrick Smets dit

          Nous aurons éventuellement l’occasion d’en parler plus à fond, mais la morale est loin d’être aussi simpliste. Et je vous assure que le jour où j’aurai une jambe cassée, j’irai à l’hôpital fût-il public.

  • Fred, libertarien ça veut pas dire con. Il serait tout à fait irrationnel de ne pas profiter de services pour lesquels on a chèrement payé. Cela étant dit, il faut dénoncer le système qui fait payer les gens contre leur volonté, pour des services qui non seulement ne marchent pas bien mais engraissent au passage les bureaucrates et les syndicalistes.

  • Patricia dit

    Votre programme semble vouloir supprimer l’aide sociale… vous êtes à la recherche d’un emploi et donc bénéficiez d’une allocation de chômage.
    Imaginons que votre parti gagne aux élections… vous auriez un emploi tout trouvé, mais que deviendraient les personnes sans emplois? Des SDF obligés de survivre selon le bon vouloir des passants?
    Plusieurs de vos idées ne me semblent pas mauvaises, voire bonnes…
    Cependant ayant perdu mon emploi en janvier, crise oblige, et ayant quelques années de plus que vous, il est fort probable que je reste sans emploi jusqu’à l’âge de la pension… que suggérez-vous aux personnes qui comme moi vivent cette situation?
    Je travaille depuis que j’ai 18 ans, j’ai donc cotisé durant des années, l’état à « gagné » sur mon travail via taxes et impôts, plus d’argent que moi… et je me retrouverais sans aucune aide? Devrais-je « manger » mes économies avant d’avoir atteint l’âge de me trouver dans une maison de retraite, laquelle coûtera bonbon? Comment dans ce cas vivre décemment sa fin de vie?
    Être libertarien c’est une chose qui a priori peut sembler séduisante par certains aspects, pour ma part je me revendique humaniste depuis de nombreuses années, la gauche, la droite, le centre… tous dans le même sac…
    Le droit à la liberté est une valeur chère à mes yeux, le droit de vivre décemment également. Comment passer d’un état infantilisant à un état libertarien sans que certains en fassent les frais?

    • olivier dit

      g ju comme vous je me suis posé les mêmes questions, et j’ai été lire leur programme, la réponse est dedans…
      1 l’aide sociale disparate et le lourd arsenal fonctionnarial qui y est attaché est remplacé par une allocation universelle… donc personne ne reste sans revenu, saud que ca coute nettement moins cher a gerer.de plus vous n’avez pas d’emploi parce que les paramètres sont contre vous… trop cher, jeune vieux etc .Plus un soucis du fait de la .politique volontariste contre les pièges a l’emploi, possibilité de même avoir sa petite activité sans risque et grande justifications a des banques, capital-sociétés a 1 euro… en resumé leur programme repond a enormement de question que nous nous posons tous depuis des années puisque tout et son contraire converge vers… j’ai pas moyen de me rendre utile a cette société…. rendons la moins monolithique et tournée vers nous et pas contre nous, chaque point du programme a l’air detonnant, mais est contrebalancé par un autre et l’equilibre des deux ouvre la voie a une vie respectee et respectueuse, a mediter?