Carte blanche de Patrick Smets sur l’affaire chypriote

Carte blanche de Patrick Smets sur l’affaire chypriote

Patrick Smets, Président du Parti Libertarien, a écrit une carte blanche sur l’affaire chypriote pour le site de la RTBF. Retrouvez-la ici.

Lire la suite »

Les conséquences de la vraie mauvaise idée chypriote

Les conséquences de la vraie mauvaise idée chypriote

La récente proposition de lever une taxe « exceptionnelle » sur les comptes chypriotes n’est pas passée. On ne peut que s’en réjouir mais on se doit surtout de rester vigilant car le fait même que cette lubie ait été formulée et proposée à l’adoption montre que le délire gouvernemental a franchi de nouvelles limites.

On se doit de rester vigilant car cette vraie mauvaise idée n’aurait jamais dû être formulée tant elle était à la fois inepte et dangereuse. Et ce, à plusieurs titres.

En premier lieu, cette …

Lire la suite »

La Belgique va-t-elle suivre Chypre ?

La Belgique va-t-elle suivre Chypre ?

Voici un document officiel de la Belgian Debt Agency qui montre comment le gouvernement vend ses obligations d’Etat.

On y lit très explicitement que « théoriquement, les ménages belges pourraient rembourser la dette publique ».

En clair, les investisseurs internationaux sont invités à acheter de la dette car le défaut est impossible. En cas de problème, les comptes d’épargne seront mis à contribution d’une façon ou d’une autre. Comme à Chypre ?

Source : http://debtagency.be/Pdf/20111109_fr.pdf

Lire la suite »

Le défaut souverain de la Belgique est inévitable.

Le défaut souverain de la Belgique est inévitable.

Une carte blanche de Patrick Smets, publiée dans La Libre Belgique du samedi 5 janvier 2013.

Si la question des déficits publics est aujourd’hui au cœur de l’actualité, le problème de la dette elle-même reste tabou. Chacun veut croire que, moyennant une légère amélioration des finances publiques, la Belgique finira bien par rembourser sa dette sur le long terme. En réalité, quelques calculs simples permettent de se rendre compte qu’il est impossible d’éviter le défaut souverain.

L’illusion du remboursement