Que pensez-vous des monnaies locales ? Quel doit être leur but ?

Les libertariens sont favorables à la liberté monétaire. C’est-à-dire que nous encourageons les initiatives et les expériences monétaires. Nous sommes convaincu que le marché diffusera la meilleure solution et garantira des marchés de niches pour des inventions plus spécifiques. Les expériences foireuses disparaîtront naturellement si on ne les rend pas obligatoires. J’ai donc un regard bienveillant sur les monnaies locales.
Ceci étant, je ne crois pas en leur possibilité de rester locales. Si une monnaie à des propriétés intéressantes pour les utilisateurs, elle va naturellement se répandre. Son expansion étant elle-même une qualité, je ne vois pas pourquoi les utilisateurs se restreindraient en limitant volontairement son aire d’utilisation. Ce n’est pas un hasard si l’or et l’argent se sont progressivement imposés comme des monnaies universelles.

Lire la suite »

Il n’y a pas de parti national en Belgique, comptez vous développez des mouvements affiliés pour les deux autres communautés présente dans le pays ?

Nous avons aujourd’hui une aile germanophone assez active et nous aurons probablement des candidats au parlement de la communauté germanophone. Nous espérons également inciter les libertariens flamands à se structurer et nous les accueillerons volontiers dans un parti national si tel est leur souhait. Mais, de toute façon, l’important, ce sont les structures locales. Nous sommes contre la centralisation et la combattons aussi en interne.

Lire la suite »

« Refus du développement de nouvelles sortes de brevets, par exemple sur le vivant. » Le parti libertarien va-t-il interdire de breveter le Vivant ? Par exemple: Les semences ne seront plus brevetées et les anciennes variétés de semences ne seront donc plus illégales ?

Absolument. Les brevets sont des privilèges légaux fait pour garantir des monopoles locaux et ou temporaires sur certains produits. Le marché libre s’opposant par définition aux monopoles, il faut abolir le système des brevets. A tout le moins, il faut le réduire au strict minimum et certainement pas l’élargir à de nouvelles sphères comme le vivant.

Lire la suite »

Avez-vous des liens avec des partis étrangers ?

Plusieurs partis libertariens sont nés ces dernières années en Europe : Les Libertariens en France, le Partei der Vernunft en Allemagne, le Partido de la Libertad Individual en Espagne, le Libertarische Partij aux Pays-Bas. Nous sommes en contact régulier avec eux à travers l’European Party for Individual Liberty. http://www.youtube.com/watch?v=Ihq9gMLdpnU

Lire la suite »

Quel est votre opinion sur l’anarcho-capitalisme? (by shadykun24)

J’en pense le plus grand bien. L’anarcho-capitalisme est une des branches du mouvement libertarien et est bien présent au sein de notre parti. Tous les premiers vendredi du mois, nous organisons une rencontre conviviale dans un bar de Bruxelles et nous l’avons baptisée Aperothbard. Le nom n’a évidemment pas été choisi au hasard. 😉

Lire la suite »

Etes vous favorables aux mariage homosexuel ou à l’instar de nombreux représentants politiques libéraux de France êtes vous contre ?

Le mariage homosexuel est une réalité en Belgique depuis plus de 10 ans. Ça ne pose aucun problème particulier et il est hors de question de revenir dessus.
Par contre, nous souhaitons supprimer la notion même de mariage civil pour en faire une question purement privée. Il n’y a aucune raison que l’Etat s’occupe de ficher les couples et de modifier le traitement des individus en fonction de leur statut matrimonial. A une époque, heureusement révolue, où les femmes étaient réduites à vivre dans un état de perpétuelle minorité, passant de l’autorité du père à celle du mari, l’officialisation de l’union avait peut-être un sens. Mais, aujourd’hui, que fait encore le gouvernement dans nos familles ? L’Etat ne doit considérer que des individus, indifféremment homme ou femme, dont les liens sentimentaux n’ont aucune espèce d’importance. Libre à chacun d’ensuite contracter librement des accords de vie, sanctifiés ou non par des rituels, et jouissant d’une reconnaissance similaire à n’importe quel contrat privé.

Lire la suite »

J’aimerais connaître votre avis sur le sujet polémique : l’huile de palme. Beaucoup d’élus voudraient légiférer contre (ex. Jacques Brotchi au MR). Hors, on sait qu’elle n’est pas dangereuse pour la santé (Symposium Huile de palme et santé). Quel est l’avis du président du parti libertarien ?

L’huile de palme doit rester un ingrédient alimentaire comme un autre et ne justifie pas de législation particulière.
De façon générale, le Parti Libertarien s’oppose aux politiques hygiénistes qui visent à réglementer tout ce qui peut avoir une influence sur la santé. La santé n’est pas un absolu et c’est au consommateur d’arbitrer entre les différents éléments qui rentrent en compte dans ses achats, santé, prix, plaisir, etc. Le gouvernement n’a rien à faire dans nos assiettes et nos frigos.
Nous regardons avec énormément de méfiance l’avalanche actuelle d’études plus ou moins sérieuses qui finissent par prouver qu’absolument tout est mauvais pour la santé. Il y a un danger pour la démocratie dans le recours systématique à la peur suscité par le cancer et d’autres maladies pour imposer des contrôles toujours plus tatillons sur toute la chaîne alimentaire. En autorisant l’Etat à s’occuper des actes les plus ordinaires de la vie quotidienne, nous abandonnons nos responsabilités de citoyens et d’hommes libres. C’est un processus qui alimente d’autres démissions et nous rend finalement totalement dépendant d’un Etat omnipotent.
Si quelqu’un n’aime pas l’huile de palme, ou s’il pense que c’est mauvais pour la santé, il n’a qu’à pas en consommer.

Lire la suite »

Bonjour, si l’on votes pour vous en tant que partisan de la liberté, qu’est ce qui garantie que vous n’allez pas vous coucher devant la droite, comme ce qu’on fait les libéraux français ou anglais ?

Rien ne vous le garantira jamais ! Un moment, il faut oser prendre un risque.
Je n’ai pas l’intention de me coucher devant qui que ce soit. Si c’était le cas, je ne me serais pas fatigué à lancer un nouveau parti, j’aurais rejoint un groupe déjà existant.

Lire la suite »

Vous estimez-vous comme Friedmanien et, si non, quelles sont vos différences?

Non, je ne suis pas Friedmanien. Mon maître en économie, c’est Ludwig von Mises, figure la plus célèbre de l’école autrichienne d’économie.
L’élément de désaccord principal est le suivant.
Pour Friedman, la quantité de monnaie est neutre d’un point de vue économique. Elle influence uniquement le niveau des prix sans changer la structure économique. Qu’une télévision vaille 10, 100 ou 1000 unités monétaires serait purement arbitraire.
C’est une erreur.
Les Autrichiens insistent sur la modification de la structure de production induite par l’existence d’une inflation. C’est ce qu’on appelle les effets Cantillon. La monnaie n’apparaît pas chez tout le monde en même temps et le pouvoir d’achat des personnes proches de la planche à billet sera artificiellement augmenté par rapport au reste de la population. La structure de production aura donc tendance à s’orienter vers la satisfaction prioritaire de leurs besoins, ce qui l’éloigne de l’optimum d’un marché libre.
Conséquemment, les Autrichiens ne veulent pas d’une banque centrale qui contrôlerait l’offre monétaire avec un objectif de « stabilité » des prix (2à3% d’inflation l’an, ce n’est pas ce que j’appelle de la stabilité). Pour nous, le marché doit fournir lui-même les monnaies nécessaires au différents moment du cycle économique. Il y aura des moments d’inflation et des moments de déflations. Parce que ces deux périodes correspondent à des phases différentes dans le cycle d’épargne et de dépense. Et il est sain qu’il en soit ainsi.
Pour conclure, la théorie friedmanienne est la cause directe de la politique de Greenspan, Bernanke, Monti et C° avec tous les désastres que nous avons connus sur l’immobilier et ceux qui arriveront incessamment sur les dettes souveraines. Il est temps de changer de logiciel et de libérer le monnaie.

Lire la suite »

N’est-il pas paradoxale de vouloir à la fois supprimer tous les privilèges et de vouloir annuler la dette publique belge ? Ne serait-ce pas là, la plus horrible illustration possible d’un privilège d’un état, à savoir la possibilité de modifier les règles du jeu en cours de partie ?

Le privilège ignoble que nous dénonçons, c’est celui qui permet à un gouvernement de prendre comme caution l’ensemble des biens des citoyens. Il faut comprendre que l’Etat emprunte en garantissant aux « investisseurs » qu’il lèvera autant d’impôt que nécessaire pour rembourser. S’il le faut, il puisera dans les comptes d’épargne tout ce dont il aura besoin. Voilà le scandale.
Une fois liquidé le patrimoine de l’Etat, il ne reste plus que deux solutions pour rembourser la dette. Soit on fait payer les contribuables, soit on fait payer les créanciers. Pour moi, la réduction des impôts passe avant tout.

Lire la suite »