La taxation, c’est du vol. De quel droit maintenir la TVA?

C’est une étape intermédiaire raisonnable. Notre position en matière de fiscalité, c’est qu’il faut tailler à la hache dans ce qui existe. Nous ne voulons pas d’une réformette, d’un rééquilibrage, d’une modification des taux. Nous voulons supprimer tout ce qui peut être supprimé aussi vite que possible. Supprimer l’IPP, supprimer l’Isoc, supprimer les droits de succession, etc. Reste à financer les fonctions régaliennes et nous pensons que la TVA est la moins mauvaise façon d’y arriver, puisque les taux actuels suffisent. Nous prenons donc comme objectif de supprimer tout le reste. Une fois ce miracle accompli, nous penserons à la suite.

Lire la suite »

Bonjour, allez vous constituer une alliance européenne avec les libéraux-libertariens Hollandais, Français, Allemands, Espagnol, … ? Avez-vous des contacts avec eux ?

Une telle alliance s’est mise récemment en place. Il s’agit de l’EPIL, European Party for Individual Liberty. Nous sommes en contact permanent entre nous. https://www.facebook.com/EPILparty

Lire la suite »

Ai-je bien vu que vous étiez candidat aux législatives fédérales mais uniquement à Bruxelles ? Je souhaite voter pour un autre parti aux régionales mais si je peux voter pour vous aux fédérales en tant que bruxellois je le ferai.

A Bruxelles, nous sommes présents au fédéral et au régional avec le même numéro de liste 32. Mais, évidemment, votre vote peut porter sur différents partis aux différents niveaux de pouvoir. Voter Parti Libertarien à tous les scrutins est quand même le mieux !

Lire la suite »

Et dans le secteur VERVIERS Province de Liège Avez vous là aussi un numéro de liste ??

Non, nous ne serons pas présent partout. Vous pouvez voter pour nous à Bruxelles (liste 32) et en Communauté Germanophone. (liste 29)

Lire la suite »

Quel est le numéro de votre liste?

32 à Bruxelles, 29 en communauté germanophone.

Lire la suite »

Bonjour, votre parti semble être une alternative aux quatres grands partis, sans être d’extreme-gauche ni d’extreme-droite. Votre ideologie m’interesse, il y aurait´il des lectures que vous conseillerez pour s’initier au libertarianisme? (En francais de preference mais l’anglais ne me fait pas peur

Frédéric Bastiat est un passage obligé pour s’initier à l’économie. La philosophie politique libertarienne est exposée le plus clairement dans « l’Ethique de la Liberté » de Murray Rothbard. Enfin, « Atlas Shrugged » de Ayn Rand vient d’être traduit en Français sous le nom « La Grève ». A partir de là, un monde s’ouvre à vous.

Lire la suite »

Le parti libertarien est-il pour le libre choix thérapeutique et la libre circulation des médicaments ?

Oui.
(A titre personnel, j’ai une confiance absolue en la Faculté, je ne pratique aucune médecine alternative et j’évite l’automédication. Mais bien sûr, je refuse d’imposer mes choix aux autres.)

Lire la suite »

C’est dommage que vous ne répondez qu’aux questions qui vous intéresse.

C’est surtout dommage que je n’aie pas plus de temps pour répondre aux questions. Mes excuses à ceux dont les questions sont restées sans réponse pendant un long moment.

Lire la suite »

Est-ce un bon choix de voter pour vous aux élections uniquement afin de contrer la poursuite de l’étatisme (dépense publique et impôts qui vont avec) même si l’on n’adhère pas à [l’ensemble de] votre vision de la société ? Le MR se couche, je ne vois pas d’autre parti authentiquement libéral.

Je pense que c’est l’unique choix possible pour quelqu’un qui veut lutter contre l’étatisation croissante de notre pays. Il n’existe aucun autre parti qui envoie un message aussi clair en faveur de plus de liberté. Quant à l’adhésion à l’ensemble de notre philosophie, elle ne se poserait que si nous avions une chance de participer au pouvoir. D’ici là, notre programme est un manifeste plus qu’un projet de gouvernement. Vous pourrez voter Parti Libertarien à Bruxelles et en Communauté Germanophone.

Lire la suite »

La privatisation de certaines entreprises (secteur énergétique ; assurance maladie/médecine) fournissant des services dont toute la population a besoin n’entraîne-t-elle pas une hausse des prix due à tendance à faire du profit (rémunération des dirigeants) au détriment du consommateur (citoyen) ?

Non. Même en cas de hausse des prix, elle ne se fait pas au détriment du consommateur si toute la population en a besoin. Voici pourquoi.
Il nous faut d’abord différencier le coût du prix. Le propre d’un monopole public, c’est que le prix est fictif. C’est une décision politique sans rapport avec l’état du marché. Il s’ensuit que le monopole public est incapable de connaître le prix réel de son service (combien le consommateur est prêt à payer) et donc d’y ajuster ses coûts. Les coûts deviennent eux aussi une question politique et se mettent à augmenter à toute vitesse. Au final, l’ensemble de la communauté paye ces coûts d’une façon ou d’une autre, par le prix, par l’impôt, par la dette, par l’inflation, etc… Le consommateur ne fait donc pas d’économie, c’est juste qu’il ne voit pas passer l’argent.
Au contraire, une fois privatisée et obligée de ne vivre que de la vente de ses services, l’entreprise est capable d’ajuster ses coûts au prix du marché. (Et parmi ces coûts intervient le prix du capital, càd le profit) Ainsi, les ressources sont mieux utilisées au niveau de la communauté dans son ensemble et la population s’enrichit globalement.
La seule situation où le consommateur pourrait être perdant dans une privatisation, c’est dans les cas où justement seule une petite partie de la population consomme le produit. Dans ce cas, évidemment, un prix faible ne couvrant pas les coûts permet de consommer en faisant porter le coût sur le reste de la population. C’est par exemple le cas de opéras et autres institutions culturelles élitistes qui permettent d’offrir des loisirs hors de prix aux catégories socio-culturelles supérieures. Le tout payé par une population dont 90% ne mettra jamais les pieds à l’opéra.

Lire la suite »